Presentation

PRÉSENTATION

Depuis les années 1980 en France notamment mais aussi au niveau international, de nombreux neuropsychologues et neurologues démontrent combien la musique joue un rôle bénéfique sur le cerveau.

 

La musicothérapie a été définie par Munro comme : « L’utilisation intentionnelle des propriétés et du potentiel de la musique et de son impact
sur l’être humain ».

 

La musicothérapie réceptive est considérée par Biley comme : «une technique contrôlée d’écoute musicale utilisant son influence physiologique, psychologique et émotionnelle sur la personne durant le traitement d’une maladie ou d’un  traumatisme ».

 

La musique a non seulement un impact sur le fonctionnement de notre cerveau et nos compétences intellectuelles, mais aussi des propriétés thérapeutiques étonnantes. Les ateliers de musique et de danse se multiplient pour aider les malades d’Alzheimer par exemple, apaiser leur anxiété, améliorer leur humeur.

 

A tout âge, tout au long de la Vie, toute personne doit pouvoir accéder à un mieux-être par ce biais naturel que sont la musique et le mouvement dansé.

 

Les bienfaits de la danse et de la musique ne sont plus à démontrer… Comme le cite si joliment Olivier Saks « Nous autres, êtres humains, sommes une espèce musicale non moins que linguistique. »

 

Ce que démontre une étude réalisée en 2010 à la Maison de Retraite Les Violettes à Montpellier, étude pilotée par le Professeur Jacques Touchon, neurologue, spécialiste de la Maladie d’Alzheimer, travaillant sur la problématique des bienfaits de la musique sur les patients.

 

Selon cette étude : « La musicothérapie exerce une action sur les troubles du comportement (anxiété, dépression, agitation, agressivité), affectifs (apathie), cognitifs (rappel de la mémoire autobiographique) et psycho-sociaux (communication, expression des émotions).  Des diminutions significatives sont observées entre les groupes sur certains troubles psycho comportementaux (anxiété et dépression). De plus, cet effet est maintenu jusqu’à deux mois après la fin de la prise en charge en musicothérapie. »  Extrait du compte-rendu de l’étude « La musicothérapie dans l’accompagnement des personnes atteintes de  démences »  dont les auteurs sont Stéphane Guétin, musico-thérapeute, et Jacques Touchon. Réalisée en collaboration avec le Laboratoire de Psychologie Clinique et Psychopathologie, le LPCP EA4056, l’Université Paris-René-Descartes, le Centre Mémoire de Ressources et de Recherches, l’INSERM U888 et le CHRU Montpellier.

 

Ce que confirme aussi Hervé Platel, neuropsychologue spécialisée sur la question également, mais aussi Dr Pierre Lemarquis en citant « On fait écouter au malade des sons réguliers sur lesquels il synchronise ses pas, et la marche devient plus fluide. Cela fonctionne si bien qu’à New York et désormais en France des établissements montent des cours spécialement dédiés aux malades de Parkinson!»

 

Ce que soutient également la journaliste Elena Sender dans son article du 31 août 2017, Sciences et Vie, qui présente une étude réalisée par l’équipe de Notger Müller.

 

Son équipe a ainsi entrepris de comparer les effets de la danse à ceux du sport aérobique de type gymnastique, sur la structure du cerveau. Sur 52 patients de 63 à 80 ans divisés en deux sous-groupes. Voici la conclusion, approuvée par Pierre-Marie Lledo, Professeur de l’Institut Pasteur, le spécialiste français de la neurogenèse, […] « Les tests ont révélé que le groupe de danseurs avaient au final de meilleurs scores aux tests d’équilibre.

Par conséquent, la danse constitue un candidat prometteur pour contrer le déclin lié à l’âge des capacités physiques et mentales. » Même si à l’heure actuelle, cette pratique reste encore très atypique, Laka Touch vise à proposer un concept unique en proposant une méthode originale de Musique et Danse au service de la Santé. L’intervenante se déplace partout en France et à l’étranger car les modules sont dispensés en français.

L’utilisation de cette méthode clé en main, accessible à tous, vous permettra de pouvoir l’appliquer à vos patients, résidents ou êtres chers sans difficultés.

 

Mise en oeuvre d’ateliers chorégraphiques dans les structures concernées

 

          Les bénéficiaires de cette pratique sont :

  • Résidents de foyers : accueil de personnes en situation de handicaps
  • Foyers d’accueil d’enfants en situation familiale précaire
  • Foyers et associations de femmes en difficultés…
  • Patients des centres de repos et de convalescence
  • Patients de cures thermales, de centres de rééducation
  • Femmes enceintes et leurs nourrissons
  • Enfants en bas âge, enfants et adolescents hospitalisés
  • Patients suivis en services de soins ( y compris psychiatrie)
  • Résidents de maisons de retraite ou de résidences seniors
Mise en place d’ateliers chorégraphiques – Prévention Syndrôme de l’épuisement professionnel – Burn Out
  • Toutes entreprises s’inscrivant dans la démarche du bien-être au Travail

Consultante

Gwenaelle Fourey

Gwenaelle Fourey

Un concept ... Méthode clés en main ... Par amour du geste ... Elle a développé la relation d'aide par les médiateurs artistiques que sont la Danse intuitive, les Arts du Cirque, l’Histoire de La Musique et le Théâtre d’Improvisation.

Ateliers de créations chorégraphiques adaptés à tous publics
Devis sur demande
Déplacements en France, en Europe et à l'International
Modules dispensés en anglais et en français

GALERIE